Samedi 5 Décembre, tous dans la rue contre la grippe précaire

Publié le par Espiel71 Militante

Le 5 décembre 2009 :
Tous dans la rue contre la Grippe précaire !

Depuis quelques semaines, dans de nombreuses villes de France (Paris, Alençon, Angoulème, Lyon,
Lisieux, Digne, etc.), les militants du NPA et le collectif Droits Nouveaux (qui regroupe des associations
de chômeurs et précaires, syndicats et partis politiques) empêchent la propagation de la plus pernicieuse
des pandémies : la Grippe P, ou Grippe Précaire. Armés de masques sanitaires, de combinaisons
blanches, de rouleaux de scotch de sécurité et de produits nettoyants, ils envahissent les Pôle Emploi,
les Caf, McDonald’s, et procèdent à une sécurisation des lieux, des personnes et du matériel.
Ces actions s’inscrivent dans le cadre d’une mobilisation générale contre le chômage et la précarité :
opérations de déblocages de dossiers chez Pôle Emploi, occupations de mairies et de lieux symboliques,
réquisitions populaires de richesses, marches itinérantes avec escales dans toutes les boîtes en
luttes et dans tous les centres névralgiques de la précarité…
Toujours plus de chômeurs
Les derniers chiffres du chômage annoncent une explosion du nombre de victimes de la Grippe Précaire,
avec 56 000 chômeurs supplémentaires pour le mois d’octobre 2009, ce qui porte le nombre officiel
de demandeurs d’emplois à 2,5 millions et à 3,8 millions les travailleurs ayant une activité réduite !
Derrière ces données officielles, la réalité est encore plus inquiétante. Les victimes de la Grippe Précaire,
ce sont aussi tous les chômeurs radiés du Pôle Emploi, tous les temps partiels imposés, tous les
stagiaires, les intérimaires, les travailleurs en CDD redoutant en permanence le non-renouvellement
de leurs contrats. Le virus de la précarité s’est aussi propagé aux salariés en CDI, autrefois « stables »,
aujourd’hui « jetables », avec la menace toujours croissante des licenciements. Les services publics
sont eux aussi touchés, avec plus de 20 % de salariés précaires. Nous sommes chaque jour de plus en
plus nombreux à devoir payer la crise, à servir de variable d’ajustement pour les profits d’une minorité
de puissants.
Contre l’épidémie de précarité, nous n’attendons pas que tombe du ciel un hypothétique vaccin : le
remède est politique, collectif, et c’est en sortant de ce système capitaliste que nous éradiquerons la
contagion.
Nous exigeons :
- un revenu et salaire minimum de 1500 e net,
- une véritable réduction du temps de travail permettant à tous de travailler moins et de vivre mieux,
- la suppression de l’offre raisonnable d’emploi (ORE), du 3949, et de tous les systèmes de
flicage et de culpabilisation des chômeurs,
- l’interdiction du RSA et de toutes les formes de sous-salariat,
- l’interdiction des licenciements.
- la titularisation de tous les précaires des services publics.
Bloquons cette machine infernale, amplifions la mobilisation en cours, rendons-nous visibles, occupons
les Pôle Emploi, organisons partout des actions contre la Grippe Précaire !
Et surtout, chômeurs, précaires, salariés, soyons nombreux dans les rues le 5 décembre pour les
manifestations contre le chômage et les précarités (à Paris, Lyon, Bordeaux, Rennes, Marseille, etc.)
Le 30 novembre 2009

Publié dans Ce que je sais

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article