NON à l'immigration jetable

Publié le par Espiel71 Militante

 

Des enfants arrêtés

des bébés en centre de rétention

des familles et des couples séparés

des lycéens et des étudiants forcés d'arrêter leurs études

des malades privés de soins

des exilés pourchassés

des travailleurs qui cotisent et n'ont aucun droits sociaux

une main-d’œuvre immigrée maintenue volontairement

dans la précarité

 

 

Quotas d'expulsion, quotas de délits de solidarité, fichage, appels à la délation, traitement arbitraire et suspicion à tous les niveaux de l'administration, contrôles au faciès, enfermement, morts en fourgon, décès aux postes de police ...

 

 

 

Les politiques d'immigration française et européenne désignent les étrangers comme une menace. Elles orientent nos sociétés vers une xénophobie d'Etat. Sous couvert de défendre une prétendue identité nationale, elles incitent au racisme et au repli communautaire.

 

Elles sont utilisées pour aggraver les régressions sociales dirigées contre toutes et tous.

 

L'instrumentalisation politique des questions d'immigration entraîne nos pays sur des pentes dangereuses.

 

La France ne respecte pas ses engagements comme signataire de la Déclaration Universelle des Droits de l'Homme, de la Convention Européenne des Droits de l'Homme, de la Convention Internationale des Droits de l'Enfant, des textes qui défendent et protègent le droit de toutes et tous.

 

Nous n'acceptons pas les politiques commises en notre nom !

Nous voulons l'égalité des droits !

 

    Réunion publique à METZ

Mercredi 16 décembre à 20h

à la Maison des associations

( 1 rue du Coëtlosquet, près de la place de la République)

 

 

UCIJ - Uni(e)s Contre une Immigration Jetable

http://www.contreimmigrationjetable.org/

     pour nous contacter: ucij57@gmail.com et au 06 79 28 28 29.

Publié dans Ce que je sais

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
E
<br /> <br /> Une marche contre « l’immigration jetable »<br /> <br /> Quelques milliers de personnes ont participé hier à une marche dans Paris à l’appel du collectif Ucij (Unis contre l’immigration jetable), soutenu par 55 organisations. «  Nous demandons<br /> au gouvernement de réouvrir les négociations. Plus de 5 500 camarades sont toujours en grève, et cela va se renforcer », a indiqué Raymond Chauveau, délégué CGT et coordinateur du<br /> mouvement des salariés sans papiers. Le leader du Nouveau Parti Anticapitaliste (NPA), Olivier Besancenot, marchait à l’avant du cortège et faisait état de «  pratiques politiques<br /> xénophobes ». Le fondateur du Parti de Gauche, Jean-Luc Mélenchon, a souligné la «  politique de fantasmes » du gouvernement, dont les membres «  ne savent pas combien ils<br /> (les sans-papiers) sont, ne savent que les brutaliser ».<br /> <br /> <br /> <br /> <br />
Répondre