Les privatisations en France

Publié le par Espiel71 Militante

Introduction :

 

        Initié au cours des années 80 dans les pays anglo-saxon (Grande-Bretagne et Etats-Unis), les dénationalisations des entreprises du secteur public s'est progressivement étendu que se soit géographiquement (pays développés ou en développement) ou sectoriellement (dénationalisation des nouveaux secteurs d'activité). Après avoir essentiellement concerné les secteurs d'activité en partie déjà régulés par la sphère économique privée, les nouvelles vagues de dénationalisation concernent maintenant des domaines qui faisaient historiquement partie du secteur public (poste, ...).

 

1/ Un phénomène mondial en pleine expansion

 

        Reposant sur des arguments économiques de tendance libérale (les gains attendus de l'ouverture à la concurrence des marchés publics sont multiples : baisse des prix pour les consommateurs, accélération de l'innovation...), les privatisations ont tout d'abord touchées les pays Anglo-saxons gouvernés alors par Madame Thatcher en Grande-Bretagne et par Monsieur Reagan aux Etats-Unis au début des années 80. Le phénomène s'est par la suite propagé entre autre aux pays Européens et aux pays en voie de développement.

 

Illustration
Les dénationalisation dans les pays de l'OCDE
(en milliards de dollars)
Année Privatisations dans l'OCDE Dont Europe des 15
1990 24,7 15,6
1991 37,4 23,9
1992 17,4 4,9
1993 40,3 30,6
1994 50,9 27,5
1995 56,7 35,5
1996 68,3 46,6
1997 96,2 67,6
1998 94 60,2
1999 104,8 61,6
2000 65,1 46,8

Total

655,8 420,8

moyenne annuelle

59.6 38.3
Le Monde, mardi 9 avril 2002

 

Constat :

bullet Au cours des années 90, les privatisations dans les pays de l'OCDE représentaient en moyenne presque 60 milliards de dollars par an dont les deux tiers environ pour les seuls pays de l'Europe des 15 (les pays anglo-saxons ayant entamé les privatisations au cours des années 80).

bullet Cette moyenne cache en fait un développement important du processus de dénationalisation qui, après avoir marqué un pause en 1992 (récession économique conjoncturelle) atteint un maximum de 104.8 milliards de dollars en 1999 contre seulement 24.7 milliards en 1990.

bullet Si l'on considère l'ensemble des pays recensés par l'OCDE, le montant global des dénationalisation augmente encore de près de 300 milliards à 954 milliards de dollars sur la période 1990-2000.

bullet Le phénomène des privatisations connaît donc une croissance très importante au cours des années 90, ce qui s'est traduit par le passage de pans entiers de l'économie de la sphère publique à la sphère privée.

 


 

2 / Les privatisations en France

        La France disposait d'un important secteur public constitué au fil du temps du fait notamment des nationalisations de 1945, du fort développement des services publics et des nationalisations du début des années 80 (arrivée de la gauche au gouvernement). Le processus de privatisation, enjeu au départ d'un duel entre la droite et la gauche, a progressivement laissé place à un relatif consensus qui a permis la privatisation de nombreuses entreprises publiques en trois phases principales :

bullet 1986-1988 : (première cohabitation) Jacques Chirac, alors premier ministre de François Mitterrand se lance dans une première phase de privatisation comprenant essentiellement des entreprises industrielles et des institutions financières. Cette première phase de privatisation prend fin avec le retour de la gauche au pouvoir en 1998.

bullet 1993-1997 : Les gouvernements de droite d'Édouard Balladur et d'Alain Juppé reprennent le processus de privatisation interrompu en 1988 et complètent le désengagement amorcé lors de la première phase de dénationalisation des secteurs industriels et financiers.

bullet 1997-2002 : Malgré le retour de la gauche au pouvoir, les privatisations se poursuivent sous le gouvernement Jospin qui entame en outre la privatisation de certaines entreprises publiques en procédant à l'ouverture partiel de leur capital aux investisseurs privés ou en modifiant le statut juridique de certaines entreprises afin de les préparer à une future privatisation.

        Au cours de ces trois périodes, se sont près de 3 000 entreprises publiques employant plus de 1 000 000 de personnes qui basculent dans le secteur privé (le Monde du mardi 9 avril 2002).

 

Illustration
Les principales entreprises privatisées en France
(liste non exhaustive)

Année

Entreprises privatisées Secteur d'activité
la période 1986-1988 (gouvernement Chirac)
environ 13 milliards d'euros de recettes de privatisations
(soit 1 000 entreprises privatisées et près de 500 000 salariés).
1986 Saint-Gobain Industriel
1987 Compagnie Générale d'Électricité (devenue Vivendi) Médias et communications (groupe Canal +...)
Agence Havas Publicité
Mutuelle Générale française  (vie et accident) Secteur financier (banque et assurance)
Banque du bâtiment et des travaux publics Secteur financier
Société Générale Secteur financier
Compagnie financière de Paribas
(rachetée par la BNP)
Secteur financier (banque d'investissement)
Compagnie financière de Suez
(fusion avec la lyonnaise des eaux)
Secteur financier (banque d'investissement)
TF1
...
Média
...
1988 Matra Industriel 
la période 1993-1997 (gouvernements Balladur et Juppé)
environ 26.4 milliards d'euros de recettes de privatisations
(soit 1 000 entreprises privatisées et près de 400 000 salariés).
1993 Rhône-Poulenc Industriel
Banque nationale de Paris (BNP) Secteur financier
1994 ELF Secteur industriel (racheté par Total)
UAP secteur des assurances (racheté par AXA)
1995 Usinor-Sacilor Secteur industriel
Pechiney Secteur industriel
1996 BFCE Secteur financier
Assurances Générales de France secteur des assurances
Renault Industriel (ouverture du capital)
1997 Bull Secteur informatique
la période 1997-2002 (gouvernement Jospin)
environ 31 milliards d'euros de recettes de privatisations
(soit 900 entreprises privatisées et près de 145 000 salariés pour la période 1997-1998)
1997 France Télécom (ouverture du capital) Télécommunications
1998 CIC Secteur bancaire (racheté par le Crédit Mutuel)
Thomson Multimédia Secteur industriel
GAN Secteur des assurances
CNP Secteur des assurances
Société Marseillaise de Crédit Secteur financier
RMC Média
1999 Crédit Lyonnais Secteur financier
Eramet Industries extractives
Aérospatial-Matra Secteur industriel
Air France (ouverture du capital) Transport aérien
France Télécom Poursuite de l'ouverture du capital
2000 Thomson Multimédia Poursuite de l'ouverture du capital
EADS Ouverture du capital
2001 - Banque Hervet
...
Secteur financier
...

Le Monde, mardi 9 avril 2002

Constat :

bullet La période 1997-2002 et la plus importante en terme de recettes dues aux privatisations d'entreprises publiques.

bullet Le secteur financier (banques et assurances) presque exclusivement public au début des années 80 a basculé dans la sphère privée au fur et à mesure (l'État dispose encore d'une part de 9.46 % du capital du Crédit Lyonnais).

bullet Un grand nombre des entreprises privatisées ont été racheté ou ont fusionnées avec d'autres entreprises du secteur privé au cours des années 90. Les privatisations constituent de fait un instrument fort de restructuration des secteurs d'activité concernés.

 

Publié dans Ce que je sais

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article