Guadeloupe : le LKP appelle à la grève générale

Publié le par Espiel71 Militante

La Guadeloupe va à nouveau connaître des grèves mardi et mercredi. Les organisations syndicales membres du collectif Lyannaj Kont Pwofitasyon (LKP) ont déposé un préavis de grève générale "d'avertissement", pour appeler l'État à respecter ses engagements. Le LKP avait été à l'origine de la grève générale de 44 jours qui avait paralysé la Guadeloupe en début d'année dernière.

Parmi les 12 points de revendication figurent notamment "la reprise des négociations sur les 146 points de la plate-forme de revendications du LKP", "l'annulation de l'augmentation de 6 centimes" du prix des carburants intervenue en septembre, et "le respect et l'application de l'accord Bino". Cet accord Bino, signé par le LKP et des organisations patronales minoritaires en février 2009, institue une augmentation salariale de 200 euros définitivement acquise dans trois ans. Elle est versée transitoirement par les employeurs (50 euros en 2009, 100 en 2010), les conseils régional et général (50 euros en 2009 seulement), et l'État avec le revenu supplémentaire temporaire d'activité (100 euros).

Menaces

Le dépôt de ce préavis de grève, transmis mercredi soir à la préfecture, ne constitue pas une surprise, puisque le LKP avait multiplié ces dernières semaines les menaces d'un recours à la "mobilisation générale". Le collectif, dont l'audience s'est sérieusement effritée depuis la fin de la crise sociale en mars, semble avoir voulu jouer la prudence en n'appelant qu'à une grève générale "d'avertissement de 48 heures". Le caractère très général des revendications formulées à cette occasion laisse au LKP une grande marge d'initiative dans l'éventualité où la mobilisation populaire serait au rendez-vous.

Parmi ces revendications, "la mise en place du plan d'urgence pour l'emploi, l'insertion et la formation professionnelle des jeunes", "la titularisation de tous les précaires du secteur public et un contrat de travail à durée indéterminée à temps complet pour ceux du secteur privé", "la vérité sur la mort de Jacques Bino", le syndicaliste tué lors d'une nuit d'émeutes à Pointe-à-Pitre durant la crise sociale. Le LKP réclame aussi la revalorisation des minima sociaux et de l'allocation aux personnes handicapées.


Publié dans Ce que je sais

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article