Eurostamp, maintenant que faire ?

Publié le par Espiel71 Militante

00050.jpg




Les méfaits du patronats se poursuivent honteusement dans la sous traitance de l'automobile. Non content de faires payer la crise aux ouvriers  considérés comme outil d'ajustement pour continuer à chérir ses actionnaires, la direction d'Eurostamp continue sa perversité en osant externaliser le travail, en osant encore demander aux ouvriers d'effecteur des heures supplémentaires et à faire appel à des travailleurs intérimaires sitôt les premiers licenciements effectifs. Le monde ouvrier se trouve dans une phase défensive et ses conséquences dramatiques pour les classes populaires qui risquent de tomber dans une paupérisation absolue. Mais que faire aujourd'hui, les directions syndicales refusent de jouer leur rôle de lutteurs et laissent la place aux négociations foireuses qui aboutiront au désastre, les travailleurs sont mis à mal et ne savent plus vers qui se tourner pour gagner la victoire contre le capitalisme dégueulasse et immonde. On a vu par le passé que l'union des travailleurs europeens et mondiaux à su faire des merveilles et je suis persuadée que c'est le chemein à prendre mais déjà les consciences du plus grand nombre ne sont pas vraiment aiguisés pour voir la réalité de la cruauté du patronat ainsi que de ceux qui nous gouvernent à droite. Surmontons nos peurs, que risquent t'on, un trou au cul, nous en avons déjà un, faisons converger les luttes isolées, surmontons nos peurs des frontières nationales, réapproprions nous les fruits de notre travail mais déjà, allons soutenir ces travailleurs dans la tourmente devant leur usine, le mardi 9 février à Villers la Montagne (54) à 14h.  

Publié dans Ce que je sais

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article