Un prof non remplacé ? Signalez-le sur Ouyapacours

Publié le par Espiel71 Militante

Le nom - "Ouyapacours" - est publicitairement habile. L'initiative s'adresse à la fois aux familles et aux enseignants et porte sur le sujet, très sensible, des remplacements - ou plutôt des non-remplacements - d'enseignants absents.

Accessible depuis le 23 septembre sur le site Internet de la Fédération des conseils de parents d'élèves (FCPE), le site Ouyapacours permet de signaler tout remplacement non effectué, même de quelques heures. La FCPE demandera ensuite à l'autorité compétente de régler le problème. Les données recueillies ne seront pas immédiatement publiques, mais la fédération se propose de les "éditer périodiquement auprès des institutions et des médias".

 

Jean-Jacques Hazan, président de la FCPE, précise qu'il s'agit de "mettre en évidence les carences de l'éducation nationale" sans mettre en accusation les enseignants. "Ce n'est pas "kicéképala" mais "Ouyapacours", ce qui est différent", souligne-t-il. Proche des syndicats d'enseignants, la FCPE se réjouit de l'abandon par le ministre de l'éducation, Luc Chatel, du projet d'agence nationale du remplacement, annoncé par son prédécesseur, Xavier Darcos, et que les syndicats suspectaient d'ouvrir la voie à l'embauche de personnels précaires. De son côté, M. Chatel a rappelé avoir lancé une "mission" pour rechercher un système "plus réactif, rapide et efficace " que l'actuel.

En pratique, les enseignants du second degré ne sont pas remplacés avant quinze jours et souvent même trois semaines d'absence. Quant aux remplacements de courte durée, un dispositif interne aux établissements a été mis en place en 2005-2006 par le ministre de l'époque, Gilles de Robien. Mais son application laisse à désirer. Dans le primaire, la situation est meilleure puisque les remplacements sont déclenchés dès les courtes absences.

Selon un rapport de l'Inspection générale de l'éducation nationale, chaque enfant perd une année de scolarité lorsque l'on fait la somme de toutes les heures de cours non assurées. L'initiative de la FCPE a déplu au Syndicat national des personnels de direction de l'éducation nationale (SNPDEN) qui la juge "éthiquement douteuse" et redoute la "stigmatisation" d'établissements alors que leurs responsables "n'ont pas les moyens" d'assurer les remplacements.

Luc Cédelle

Publié dans Ce que je sais

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article