AIR FRANCE-KLM / VEOLIA : le projet de TGV serait au point mort

Publié le par Espiel71 Militante

Le projet d'un partenariat entre Air France et Veolia Transport dans le domaine des trains à grande vitesse semble mal parti selon les informations des Echos. Le contrat n'a toujours pas été signé, croit savoir le quotidien. «Le projet est dans l'impasse depuis l'été dernier (...) car les deux partenaires ne sont plus sur la même longueur d'onde», affirme le journal. Air France s'inquiéterait du manque d'avancement de la libéralisation du transport de voyageurs. Veolia, de son côté, n'aurait pas renoncé à s'attaquer au marché ferroviaire à grande vitesse.

Selon Les Echos, ce dernier pourrait décider de faire cavalier seul, ou chercher un autre partenaire.

 

Principales activités

- le transport de passagers
- le transport de fret
- les services de maintenance et d'entretien aéronautique

 

Evènements financiers

La fusion avec la société néerlandaise KLM, en 2004, a considérablement renforcé les positions concurrentielles du groupe. Elle lui a aussi permis de générer des synergies de 685 millions d'euros au 31 mars 2008. Le groupe vient de racheter 25% du capital d'Alitalia pour 323 millions d'euros à travers une augmentation de capital réservée. Le groupe est intéressé par une prise de participation au capital de la compagnie tchèque CSA, en cours de privatisation. L'acquisition de cette société lui permettrait de se renforcer en Europe de l'Est après que son concurrent allemand Lufthansa a récemment repris Austrian Airlines.

 

Stratégie

Réagissant à une dégradation de son environnement, ses capacités pendant l'été ont été revues à la baisse, avec une offre en sièges kilomètres offerts (SKO) inférieure de 3,4% à celle de la saison d'été 2008. Air France-KLM a également annoncé des réductions d'effectifs et le gel des embauches. Il prévoit de supprimer entre 2 500 et 3 000 postes - sans licenciement - au cours des deux prochains exercices 2009-2010 et 2010-2011. Les investissements vont également être revus à la baisse. La livraison d'une demi-douzaine d'avions a été repoussée.

 

Forces

- Avec la reprise d'Alitalia, Air France-KLM confirme sa suprématie en Europe devant son concurrent allemand Lufthansa;
- Le groupe joue un rôle moteur dans SkyTeam, créée en 2000, deuxième alliance mondiale avec 19% de part de marché, qui lui assure un avantage commercial certain;
- L'attractivité des « hubs » (plateforme de correspondance) d'Air France à Paris-Charles-de-Gaulle et de KLM à Amsterdam-Schiphol lui permet de mieux résister que ses principaux concurrents et de pâtir d'un moindre recul de son trafic;
- Le groupe est réactif face à la crise en adaptant à la fois sa politique de coûts et d'offre;
- Sa situation financière est solide avec une trésorerie de 4,3 milliards d'euros au 31 décembre 2008, des lignes de crédit disponibles de 1,4 milliard et un ratio d'endettement net de 0,48;
- Ses dépenses pétrolières devraient fortement baisser pour 2009-2010 grâce à la diminution des volumes de carburant couverts (43% environ contre plus de 90% en 2008-09).

Faiblesses

- Le secteur, qui traverse une forte crise, n'offre pas une visibilité suffisante;
- Le fret, qui représente 15% de l'activité totale du groupe, est particulièrement affecté;
- Le groupe n'a pas pu bénéficier pleinement de la diminution récente du prix du carburant sur son exercice 2008/2009 en raison du poids de ses couvertures pétrolières;
- Sur le troisième trimestre de son exercice (octobre à décembre 2008), le groupe a enregistré une perte opérationnelle de 194 millions d'euros, qui reflète l'accentuation de la crise économique.

 

La valeur dans son secteur

Air France-KLM est le premier groupe mondial en termes de trafic international de passagers et pour l'activité Cargo, et un des premiers fournisseurs mondiaux de services de maintenance. Il est le premier transporteur aérien en Europe.

 

Le secteur

Selon l'Iata (association internationale du transport aérien), les chiffres d'affaires cumulés des compagnies internationales devraient reculer de 12% cette année et le trafic passagers devrait baisser de 5,7%. La perte nette est désormais estimée à 4,7 milliards de dollars pour 2009 contre un déficit de 2,5 milliards de dollars précédemment prévu. Elle devrait néanmoins rester inférieure à celle de 2008 (8 milliards) et au record de 2001 (13 milliards), grâce à la baisse du prix du pétrole.

Transport aérien

Le trafic aérien devrait subir un recul sans précédent en 2009 : selon l'Iata, le trafic mondial devrait reculer de 8% cette année, soit l'équivalent de 180 millions de passagers. C'est la plus forte baisse jamais enregistrée. Entre 2000 et 2002, suite aux attentats du World Trade Center, le trafic n'avait diminué « que » de 33 millions de passagers sur 2 ans. Le chiffre d'affaires des compagnies devrait lui, chuter de 15% cette année, ce qui correspond à une perte d'activité de 80 milliards de dollars. Quant aux pertes cumulées, elles devraient atteindre 9 milliards de dollars en 2009, contre 10,4 milliards l'an dernier. Ces pertes sont bien inférieures aux 13 milliards de dollars affichés en 2001 par les acteurs du secteur. Cet écart s'explique par une meilleure adaptation des compagnies à leur environnement dégradé : elles ont su réduire leur offre. Le secteur ne devrait pas connaître de grande faillite car les groupes bénéficient d'une meilleure trésorerie qu'en 2001. Néanmoins les pertes en 2009 pourraient être revues à la hausse compte tenu de la récente remontée du prix du baril de pétrole. En effet, le montant estimé par l'Iata ne tient pas compte d'éléments exceptionnels, comme des dépréciations liées aux couvertures pétrolières.

 

 

 

 

 

Publié dans Ce que je sais

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article